La « Pleine Conscience » au quotidien

La « Pleine Conscience » au quotidien

Une récente étude a montré que nous passons 50% de notre temps perdu dans nos pensées. Pour certains d’entre nous, il est en effet difficile de « s’arrêter de penser » : notre esprit vagabonde tant il est occupé par les milliers de choses que l’on a en tête, on ressasse le passé, on pense aux échéances futures qui nous stressent etc. Qui n’a pas connu des difficultés pour se concentrer : on regarde les infos en pensant à autre chose, on écoute une chanson en boucle et on ne sait même pas de quoi parle le texte. Bref, on fait les choses par automatisme et on est dans le passé, dans le futur et rarement dans le moment présent.

La pleine conscience est l’absolu opposé de ce mode « pilote automatique » sur lequel beaucoup d’entre nous sommes en permanence. La pleine conscience, c’est, au contraire, être dans le moment présent, en focalisant nos capacités naturelles d’attention sur ce moment. Il est aisé de comprendre pourquoi elle est pratiquée par les joueurs de poker, car s’il est en effet un domaine où le mental est important et où le stress et le manque de concentration n’a pas sa place c’est bien celui-là !

La pleine conscience est une technique qui a été importée aux États-Unis dans les années 1950. Le chef de file de la pleine conscience aux États-Unis est le Professeur de médecine John Kabat-Zinn fondateur de la Clinique de Réduction du Stress qu’il dirige aujourd’hui à Boston dans le Massachussetts. Pour lui la méditation de pleine conscience a un pouvoir guérisseur et il l’utilise pour soulager ses patients souffrant de maladies.

Alors comment pouvons-vous pratiquer la pleine conscience au quotidien ? Vous verrez qu’il n’y a nul besoin d’étudier la technique, c’est une pratique que vous pouvez adopter au quotidien en développant « vos capacités naturelles d’attention » (Jean-Gérard Bloch).

Il est aisé d’identifier ces moments du quotidien où l’on a typiquement « l’esprit ailleurs » : sous la douche ou lorsque l’on mange rapidement le midi de semaine alors que l’on travaille. Prenons ces moments et voyons ce que veut dire « être dans le moment présent ».

Le premier exercice que l’on peut facilement mettre en place est sous la douche. Faites attention à l’eau qui coule sur votre corps, comment est-elle ? Est-elle chaude ? Est-elle tiède ? Arrêtez-vous sur les sensations ressenties, les odeurs, le savon, le shampooing… En étant à l’écoute de ces sensations, vous empêcherez votre esprit de vagabonder et peu importe la réunion importante qui va avoir dans le journée ou le lendemain, à ce moment précis vous êtes sous la douche.

L’idée c’est de « faire une chose à la fois ». En anglais, « unitask » par opposition à « multitask ». Prenons l’exemple du repas : manger en pleine conscience signifie retrouver le plaisir de manger. Concentrez-vous sur le seul acte de manger (ceci implique de laisser votre téléphone ou votre agenda de côté !) et vous soyez à l’écoute des saveurs, des textures, des nuances, de la chaleur des aliments dans votre bouche. Vous mangerez naturellement plus lentement et vous mâcherez même plutôt que de déglutir en deux secondes, ce qui est bien plus sain pour votre organisme.

Être en pleine conscience, contrairement aux idées reçues, ne signifie pas être heureux tout le temps. Au contraire, il s’agit d’accepter ses émotions quelles qu’elles soient, sans jugement et sans essayer d’y résister. C’est cette résistance qui génère la souffrance. La pleine conscience c’est l’harmonie entre notre âme et notre corps, que nous fassions la vaisselle ou soyons bloqués dans les embouteillages. Les bénéfices sont nombreux et pratiquer la Pleine Conscience peut vous changez la vie ! C’est un excellent moyen de réduire l’anxiété, le stress et de favoriser la concentration.

Pour découvrir la pleine conscience de façon plus approfondie, je vous recommande la lecture du livre d’Eckart Tollé, « Le Pouvoir Du Moment Présent », l’un des ouvrages de référence de développement personnel.

Laisser un commentaire