Le burn-out et la dépression : des maux du travail qu’il faut prendre au sérieux

Un phénomène de plus en plus présent dans le monde professionnel

Le burn-out, ou épuisement professionnel, n’épargne personne. Il peut toucher aussi bien les employés que les cadres et concerne tous les corps de métiers. Selon une étude menée en 2022 par Opinion Way, le nombre de salariés concernés aurait triplé depuis la période du Covid, touchant ainsi 2,5 millions de personnes en France.

Les facteurs de risque du burn-out

  • Une charge de travail trop importante ou mal répartie
  • Des horaires irréguliers ou prolongés
  • Un manque d’autonomie et de reconnaissance
  • Des relations conflictuelles avec les collègues ou la hiérarchie
  • Une absence de soutien social

Comment distinguer un simple surmenage d’un véritable burn-out ?

Il n’est pas toujours aisé d’identifier les signes d’un burn-out, qui peuvent être confondus avec une fatigue passagère. Toutefois, certains symptômes doivent alerter :

Les signes physiques

  • Une fatigue extrême et persistante
  • Des troubles du sommeil
  • Des douleurs musculaires ou articulaires
  • Des maux de tête fréquents

Les signes émotionnels et psychologiques

  • Une irritabilité accrue
  • Un sentiment d’épuisement et de découragement
  • Des pensées négatives et pessimistes
  • Une perte de confiance en soi et d’estime de soi
À LIRE AUSSI :  Comment aller aux toilettes rapidement en 2024 ?

Si ces symptômes persistent et s’intensifient, il est nécessaire de consulter un professionnel de santé pour faire un bilan et envisager une prise en charge adaptée.

Après un burn out ou une dépression, comment éviter la rechute

La santé psychologique des femmes au travail se dégrade

D’après le baromètre santé au travail de Malakoff Humanis (édition 2023), plus d’une femme sur deux souffre de troubles psychologiques comme la dépression, l’anxiété, le stress ou un burn-out, contre 45% des hommes. Par ailleurs, leur santé physique est également affectée, avec 41% d’entre elles concernées contre 34% pour les hommes.

Le burn-out maternel : un sujet méconnu mais à ne pas négliger

Depuis quelques années, le terme de burn-out ne concerne plus seulement le travail, mais aussi d’autres domaines tels que la parentalité. En effet, l’arrivée d’un bébé bouleverse la vie d’une femme et peut engendrer un épuisement particulier, appelé “burn-out maternel”. Ce phénomène reste méconnu et tabou, mais il est essentiel de le reconnaître pour pouvoir accompagner et aider les mères concernées.

Les signes du burn-out maternel

  • Une fatigue extrême et constante
  • Un sentiment d’échec ou d’incapacité à être une bonne mère
  • Une irritabilité envers l’enfant et les proches
  • Des pensées négatives sur sa capacité d’éducation

Si vous pensez être victime d’un burn-out maternel, n’hésitez pas à consulter un professionnel de santé qui vous proposera un suivi et un traitement adapté.

Comment prévenir le burn-out et prendre soin de sa santé mentale ?

Pour éviter de sombrer dans l’épuisement professionnel, il est important de mettre en place des stratégies de prévention et de gestion du stress :

  • Organiser son temps de travail et savoir déléguer
  • Développer des activités de loisir et pratiquer une activité physique régulière
  • Maintenir un bon équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle
  • Apprendre à exprimer ses besoins et ses limites
  • Savoir dire non quand cela est nécessaire
À LIRE AUSSI :  Peut-on lutter contre l'âge ? L'espoir de la géro-science

Prendre soin de sa santé mentale et de son bien-être est essentiel pour prévenir le burn-out et mieux vivre au quotidien. N’hésitez pas à en parler avec votre médecin, un psychologue ou un coach de vie pour vous aider dans cette démarche.

Laisser un commentaire