Le profil des personnes les plus exposées au burn-out

Dans le monde professionnel, le rythme effréné et les nombreuses responsabilités entrainent souvent un surmenage chez les travailleurs. Cette situation peut rapidement dégénérer en épuisement professionnel, également appelé burn-out. Qui sont donc les individus particulièrement exposés à ce phénomène ? Comment reconnait-on leur profil type ?

Qui sont les personnes en burnout ? Le profil des "burnoutés" et à risque - Journal du Burnout #19

Qui est touché par le burn-out ?

Il existe une idée préconçue selon laquelle le burn-out affecte principalement les jeunes cadres dynamiques résidant dans les métropoles. Cependant, cette vision est loin d’être exacte. En effet, Technologia, entreprise spécialisée dans la santé et la sécurité au travail a mené une enquête afin d’établir un profil plus précis des individus à haut risque de souffrir du burn-out.

Parmi les professions concernées, on retrouve :
– Les enseignants
– Les médecins généralistes et les infirmières
– Les assistantes sociales
– Les agriculteurs

L’enquête révèle également que ces individus ont généralement entre 35 et 40 ans, et que les femmes sont davantage touchées par le burn-out.

Les facteurs favorisant le burn-out :

  • Surcharge de travail : Les personnes atteintes de burn-out se voient souvent confier un volume de travail conséquent, qu’elles doivent gérer sans aucune perspective de promotion ou d’avancée.
  • Isolation : Elles peuvent être isolées ou travailler seules, sans interaction sociale avec leurs collègues.
  • Les difficultés financières : Ces individus font face à des problèmes financiers et ont souvent des dettes.
À LIRE AUSSI :  Le Range Rover : un SUV de luxe et de performance

Les caractéristiques personnelles des personnes à risque

Le burn-out est souvent lié aux traits de personnalité et au mode de fonctionnement des individus sur le plan professionnel. Les personnes concernées sont généralement :

  • Ambitieuses et perfectionnistes : Elles veulent être les meilleures dans leur domaine et s’investissent énormément dans leur travail, même au détriment de leur santé.
  • Créatives et enthousiastes : Elles ne ménagent pas leurs efforts pour innover et trouver des solutions à divers enjeux.
  • Fermées à la délégation de responsabilités : Elles préfèrent tout réaliser elles-mêmes afin d’avoir un contrôle total des résultats.
  • Soucieuses de leur image : Elles cherchent l’approbation et l’admiration de leur entourage et subissent souvent une pression importante.
  • Absence d’un passé psychiatrique : Malgré les nombreuses contraintes pesant sur ces individus, il est important de noter qu’ils n’ont généralement pas d’antécédents psychiatriques.

La reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle

L’absence d’études statistiques et de consensus scientifique sur ce syndrome rend difficile la reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle. Pourtant, il est nécessaire d’identifier les causes profondes de cette situation et trouver des solutions afin de garantir le bien-être et la santé des employés.
Les facteurs favorisant l’épuisement professionnel doivent être pris en compte par les structures pour améliorer les conditions de travail et éviter les conflits internes.

Laisser un commentaire